Permanences téléphoniques

Votre Code Postal nous intéresse pour dresser une carte montrant la provenance des appels. MERCI !

Lundi : 19h00 à 21h00
04 septembre 2017,
11 septembre 2017,
18 septembre 2017.

ou Mardi : 12h30 à 14h30, si un groupe a eu lieu la veille
(La précision est donnée sur le message du répondeur)
26 septembre 2017,
03 octobre 2017.

Des entretiens sont possibles en demandant un rendez-vous lors d'une permanence.

Groupes de paroles

Tous les groupes se tiennent au local (à l'adresse ci-dessous),

- pour les Victimes (GPV) :
lundi 02 octobre 2017
de 19h à 21h.

- pour les Proches (GPP) : 
lundi 25 septembre 2017
de 19h à 21h.

Avoir recours à différentes approches thérapeutiques

negatif petite filleToutes sortes de thérapies existent : de la psychanalyse (avec son divan) à ce qu’on appelle les thérapies brèves, en passant par les psychothérapies en face à face, ou celles qui se réclament d’une méthode particulière. Le choix du thérapeute est essentiel, parce que la victime doit se sentir en pleine confiance avec lui(elle) pour parler.

- la psychanalyse : cela peut durer longtemps, des mois, des années. C’est contraignant (éventuellement plusieurs séances par semaine), cela peut être cher (si le(la) psychanalyste n’est pas aussi psychiatre, ou n’accepte de remplir la feuille de soins que pour la prescription de médicaments). Inconvénient : le silence est souvent insupportable à une victime qui veut justement sortir de son propre silence.On peut néanmoins s’adresser à un(e) psychanalyste sans nécessairement se lancer dans une analyse. Dans tous les cas, la décision de commencer une psychanalyse est prise ou confirmée lors d’entretiens préliminaires.

- Les thérapies en face à face : il y a de nombreuses variantes de l’entretien thérapeutique qui se réfèrent à des théories différentes. Le choix est souvent plus une question de personnes, et de relations entre deux personnes, que de référence théorique : l’essentiel est d’avoir confiance en la relation.

- Les thérapies particulières : PNL (…), Cri Primal (…), thérapies Cognitives Comportementales, thérapies familiales systémiques, Gestalt thérapie, hypnose ériksonienne, E.M.D.R. (…), thérapies à médiation corporelle. Il existe des ouvrages qui présentent ces types de thérapies.

Et surtout, il est important d’avoir un médecin généraliste de confiance qui écoute, qui prenne en compte l’ensemble de la situation.

Essayer de prendre soin de soi au quotidien

1. C'est veiller à son hygiène corporelle et respecter ses besoins fondamentaux, tels que manger et dormir.

Le sommeil est souvent perturbé, car la nuit réveille ou attise les angoisses. Il est possible d'apprivoiser l'insomnie autrement qu'avec des somnifères, en écoutant la radio, une cassette, un CD, en lisant, en faisant (mentalement ou par écrit) la liste de ce qu'on a fait, de ce qu'on va faire …, en mettant par écrit le cauchemard qui nous a réveillé ; ou de faire autre chose, sauf du bruit !!!

Les troubles des conduites alimentaires ne se résument pas à l'anorexie et à la boulimie. Des carences, ou la surconsommation d'alcool peuvent s'installer. Bien se nourrir est important.

2. Retrouver le plaisir de pratiquer une activité physique, pour être simplement en bonne santé. Faire une petite balade, jardiner, bricoler, faire du sport, de la randonnée, du yoga, nager, pratiquer la relaxation … ou autre chose.

3. Au fil du temps, les anciennes victimes vont pouvoir redécouvrir le plaisir de faire certaines choses, seules, ou en groupe quand la victime est prête à aller vers les autres : chanter (seul, dans une chorale), jouer d'un instrument, danser, dessiner, jeter des couleurs sur le papier, faire de la poterie, des mobiles, des pliages, du crochet, du tricot, écrire, ou même des choses qui peuvent paraître loufoques. Ainsi, une ancienne victime avait pris l'habitude de se balader avec des graines dans son sac et d'en semer un peu partout, et même dans des endroits incongrus comme devant l'entrée de l'hôpital psychiatrique.

Se soigner pour aller vers la vie, réapprendre à se faire du bien, et à s'aimer.

Accéder à l'Espace Adhérents

Nos coordonnées

SOS Inceste Pour REVIVRE
9, rue Général Durand - 38000 Grenoble
Ligne administrative : 04 76 43 35 46

 contact@sos-inceste-grenoble.org

Pour nous suivre

tw